February 28, 2011

Cairo, skip, step, Cape Town / Un pied au Caire, voilà le Cap


If there is one single thing that seems to be agreed upon by just about about every South African citizen, its that Cape Town is one of the best cities in the world. I can only think of one South African we met who didn’t wish to be in Cape Town, and those who are already reaping its benefits, don’t ever want to leave. A place of deep calm amidst the countries capital of culture, music, wine, food, and art. It is an incredible sight to behold, a city whose growth and development have only added to its beauty in recent years. It’s a city for “granolas” and free spirits, as well as the impressive cult of bourgeoisie endemic to the regions surrounding Franschhoek. The pace seems in-congruent with a city of 3.5 million people, and when approaching the bustling public trains into the city from its suburbs, you’d likely expect to walk out into a clamored metropolis resembling Hong Kong. But what you find is a modest but larger Monte Carlo instead. But how refreshing it is. And what a rarity it is to be in a city whose populous boasts of its beauty, charm, culture, and livability at every step. City folk, who love nature; the oxymoron of Cape Town.

2010_11_09_9999_138 Unlike Johannesburg where public arenas are all but off limits in the mythos of most inhabitants, moving rather between large exterior centers and fully equipped gated communities, in Cape Town pedestrians stroll slowly and gaily about the commercial street centers. A truly European air of leisure is heralded in the city center, creating even deeper fissures with the famed fields of desperate slums surrounding the city. Here, they stop to poke about the shop windows, to discuss, to drink coffee, and to enjoy relative peace of mind. Fast food is a rare sight in Cape Town’s center. Generally speaking the city is less visually polluted by such disastrous homogeny as occurs in much of the quickly developing occidental Africa. A city for bon vivants, intellectuals, foodies, artists, and connoisseurs; a life of pleasure for those lucky enough and educated enough to have a chance to use it. This contributes to both Cape Town’s historic as well as its increasingly important touristic interests. South Africa was the very first African nation to legalize gay marriage. Cape Town has been particularly more and more popular as an international gay tourist destination due to both its extremely liberal population, South Africa’s ground breaking constitution, as well as its growing arts, fashion and film industries which have promoted Cape Town’s gaiety abroad. There is nothing like a few days balancing the line between the Atlantic and the Indian Oceans where whales, seals, and tourists can mate in tranquility and sunshine.

2010_11_09_9999_122 The V&A Waterfront, named in honor of Queen Victoria and her second son Alfred, began its construction in 1860. A distinctive touch of St. Tropez, grand private boats in the port returning to fairy-talesque mountains encasing this old city of money and derelicts. Wealth is as unconcealed here as its poverty, and recalls the epic ports of Roman tradition. champagne poured about flutes beneath yellow canopies watching the boats move to and fro. White tablecloths and fresh flowers. Menus written in French to solidify an air of cliche chicness and unattainability in any ex-British colony. Large ships out of water during the winter months are being repaired, put to rest in workshops which are visible from the street wedged between sea and land. Their glorious bellies to be repainted and re-laid in a few weeks, ready for the return to the sea in the summer. Fishing skiffs are less elegant but also have their nostalgic and functional place in the port. Aboard other ships, crews from a distant Asian country leave their laundry hung about the sails to dry, as they have not the permits to step onto the docks. They lay about the decks for days on end smoking cigarettes and chatting behind weather torn flags and gusts of black smog from the old industrial engines in their ships guts. Vessels with names inscribed in Mandarin about the hulls eventually unload the fruits of their day's catch. When a yacht announces its release from the marina, crowds gather to regard its passage with envy and joy.

2010_11_12_9999_136 Today the waterfront is the most visited site in the entire country. It’s accordingly become incessantly commercial, though still charming as it is home to many historic buildings including a Victorian red tower built in 1883. Tourists take a rest on the cozy terrace as more passerby's stroll between shops, passing time till the next ferry departs for Robben Island tours. The island bares the same soil as it did during its former political days when it functioned as a prison guarding ANC Youth leaders such as Nelson Mandela and Jacob Zuma. Today that same soil is tamped into solid rock beneath the heavy feet of its visitors. Even before the start of the tourist season in December there is a long waiting list to access the island, now protected by UNESCO. Back on the waterfront, those waiting for their tours laugh heartily through small windows lined up one after another at the cafés, or stepping off from their catamaran rides, walks with champagne aperitif at dusk or first flights and helicopters. The terraces of magnificent beachfront hotels overlook the harbor and its ships staggering in.

2010_11_12_9999_10 The Long Street through the downtown from one end to another joins the sea at the foot of the mountain. The streets of Cape Town up and down and escapades are sometimes more difficult than they were in the air. Lined with old and charming houses, the street offers an ideal living environment and gives a good overview of the city. The Cape Town buildings are never very high and only a few skyscrapers in the downtown where new apartments for young professionals dwell. A grouping of houses followed by a small shop and its windows filled with curios and fairy statues, a bookshop, and then the window of a fishmonger.  Cape Town is trendy in a great way. While school students works adorn the walls and messages painted reflection their wishes for the cities future, apprentices to photographers roam the nose-edge of the city in the search of sunshine for their ideal angle of this remarkably up and coming city. 2010_11_14_9999_8Fashion designers exhibit their latest collections in the windows of shops. This season is starched petticoat skirts the flannel shirts. The municipality of the Cape region is the only held by a liberal woman has been a light at the end of the tunnel for many South Africans looking fro real change. She has been responsible too for the continued evolution of Cape Town’s aesthetics, increasing yearly its allotted budget for public artwork, making it the closest living museum in the country.From aging colonial statues, to metal sharks disarticulating according to the intensity of the sun, or human silhouettes in bronze confusing themselves with the crowds, this is a city to be proud to come from.

2010_11_12_9999_62 The suburbs to the southeast of the main street of Cape Town resembles no other which still stands. Small but prominent, the quarters of Bo-Kaap were the historic strength of the Cape-coloured communities. Bo-Kaap (“above the Cape”) stretches from the foot of the lion peak, and stretches towards the center of the city. It hums in god humor in the warm afternoon sun as the vibrantly painted homes dance about their colors and their defiance of whiteness in the space. The small neighborhood is still home to descendants of former Malaysian, Indian, and Indonesian slaves. The Malays have never been condemned in the country for their devote Muslim faith. Small colorful mosques dividing the austere streets were parts of the homes themselves, and each block had its own place of worship. Other homes homes are decorated with small shaded balconies with carved wooded details.


I am reminded of Lüderitz as I walk the empty paths spitting the majestic palettes of candyland invention. Those who pass are children, old men in jalabyas, and women bring baked goods to a neighbor in thanks for some good deed done. Echoes resonate the joyous cry of children from hidden school grounds. Old cars parked in front of their old houses, VW Bugs and other colorful and eccentric choices painted with flowers and dancers, now decaying. Many of these homes now suffer from a lack of maintenance financing to upkeep them. The costs of living have increased while employment has decreased. It is not unusual to see one or two ruins with their sad roofs caved in left in the same street in woeful silence. Bo-Kaap is no doubt a heritage in danger. The salesmen were quick to get their hands on the neighborhood once it was discovered an interest to foreigners and young families. The result has been many colorful houses for sale at exorbitant prices in the windows of agencies. And sadly, the better the Cape gets, the worse its going to get for Bo-Kaap.


Très souvent en désaccord sur de nombreux points, les Sud-Africains s’entendent en général sur une chose : Le Cap est une ville chérie, la cité où tout le monde aimerait un jour poser ses valises. Comme chaque matin les trains régionaux déversent leurs flots de voyageurs dans les rues bordées de hauts immeubles du centre. L’activité devrait être intense, les voitures nombreuses. Il devrait donc y avoir des mouvements de foule et une circulation bruyante, voire même oppressante comme dans n’importe quelle métropole de plus de 3 millions d’habitants, mais, étonnamment ici il n’en est rien. Le calme règne comme si le rythme ambiant n’avait pas suivi le développement de la ville. Les habitants du Cap sont des gens calmes, des gens simples, certains diront même que ce sont des hippies. La cadence est différente et même les hommes d’affaire ont l’air d’avoir le pas plus lent qu’ailleurs. C’est aussi surement pour cela que quelques rares Sud-Africains n’apprécient guère Le Cap « car il y a des gens bizarres… » semble alors être la meilleure des explications. Devrait-on plutôt dire des gens qui aiment leur ville et leur vie bercée de soleil et d’air marin ?

2010_11_12_9999_114 Contrairement à Johannesburg où la vie publique est inexistante, où les gens vont et viennent mais ne font que passer d’un centre à l’autre, ici les marcheurs prennent leur temps, ils flânent, discutent le nez en l’air et profitent d’un café sur une terrasse ombragée d’un quartier calme. Les fast-foods et les supermarchés sont rares, difficiles à trouver même en dehors des centres commerciaux. La pollution visuelle est alors quasi absente. Le Cap est une ville faite pour les bons vivants, les intellectuels, les épicuriens y trouveront tout ce qui convient pour vivre une vie faite de plaisir. C’est aussi pour cela que la cité est une destination touristique de prédilection, rien de tel que de venir se dépayser quelques jours sur la cote, là où l’océan indien rencontre l’Atlantique pour ne faire plus qu’un et former un littoral glacial propice au bonheur des baleines et des phoques.

Le front de mer porte le nom de V&A waterfront en l’honneur de la reine Victoria et de son second fils Alfred qui entreprirent la construction du lieu en 1860. Les beaux bateaux que l’on retrouve les mois d’hiver à Saint-Tropez vacillent sur le port, majestueux dans un paysage pris entre mer et montagne. Le lieu qui ne dissimule pas sa richesse rappelle les heures de gloire de la côte d’Azur, lors du festival de Cannes où du grand prix de Monte-Carlo. 2010_11_09_9999_1Les restaurants ouvrent les parasols vantant les mérites d’une marque de champagne et dressent leurs tables avec des nappes d’une blancheur irréprochable. Les menus sont écrits en français, c’est bien plus chic n’est-ce pas ? De gros navires sortis de l’eau pendant les mois d’hiver sont en cours de réparation, mis au repos dans des ateliers visibles de la rue, au Cap on vit définitivement entre mer et terre. Ces bicoques seront surement repeintes pour être remis à flot dans quelques semaines, fins prêts pour le retour de l’été. Les esquifs de pêche ne sont pas aussi élégants mais ils ont aussi leur place dans le port.  Ce rafiau rouillé n’a pas belle allure, à son bord une partie de l’équipage originaire d’un pays asiatique lointain sort étendre son linge dégoulinant sur une corde tendue entre deux cheminées en fumant une cigarette avant de disparaître à nouveau dans le ventre de l’engin. Le pavillon japonais déchiré ne paye pas de mine. D’autres navires aux noms gravés en mandarin sur la coque finissent de décharger le fruit de leur pêche du jour. Quand un yatch annonce sa sortie du port de plaisance c’est toute l’activité du lieu qui cesse, le pont glissant coulisse et arrête le passage quelques minutes avant de laisser l’engin partir au loin. L’attraction touristique attire tous les appareils photos.


Aujourd’hui ce front de mer est le lieu le plus visité du pays tout entier. Devenu très commercial, il abrite de nombreux bâtiments historiques dont un clocher rouge bordeaux de plus pur style victorien érigé en 1883. Souvent venus pour une pause déjeuner sur une terrasse cosy, les passants fortunés et les touristes venus en groupe s’apprêtent à embarquer pour Robben Island. Le sol de l’ancienne prison politique dans laquelle Jacob Zuma et Nelson Mandela ont passé de nombreuses années sous le régime de l’Apartheid est chaque jour foulé par des norias de visiteurs. Même bien avant le début de la saison touristique la liste d’attente est longue et l’accès au site protégé par l’UNESCO convoité. Les rabatteurs restés jusque là plutôt silencieux dans le pays semblent avoir ici trouvé un terrain de chasse de prédilection. Les petits guichets alignés les uns après les autres proposent aux passants des sorties en catamaran, des promenades avec apéritif au champagne à la tombée du jour ou des baptêmes de l’air en hélicoptère. Les terrasses des somptueux hôtels du front de mer offrent une vue sur le port et ses navires titubants, les moins chanceux ne profiteront que des sommets ennuagés de Table Montain la chaîne de montagnes qui fait du Cap un petit nid confortable au bord de l’océan.

2010_11_12_9999_139 La Long street traverse le centre ville d’un bout à l’autre, elle rallie le bord de mer au pied de la montagne. Les rues du Cap montent et descendent et les escapades sont parfois plus difficiles qu’elles en ont l’air. Bordée d’anciennes et charmantes maisonnettes, la rue offre un cadre de vie idéal en offrant un bon aperçu de la ville. Les immeubles du Cap ne sont jamais très hauts et seuls les quelques gratte-ciels du centre ville s’élèvent en hauteur, imposants. A un groupement de maisons succède une petite échoppe et sa vitrine remplie de bibelots, puis une librairie et la devanture d’un poissonnier. Le Cap est une ville très branchée, elle abrite le cœur arty du pays. Les novices et les artistes s’y retrouvent faisant ainsi flotter une ambiance intello dans l’air. Alors que les étudiants des écoles décorent d’œuvres et de messages les murs de leurs bâtiments, les apprentis photographes vagabondent le nez en l’air, à la recherche du rayon de soleil ou de l’angle idéal. Les créateurs de mode sont nombreux à exposer leurs dernières collections dans les vitrines des boutiques, le jupon amidonné côtoie la chemise en flanelle tendance. Grande première en Afrique, la légalisation du mariage homosexuel semble avoir libéré une communauté qui vit aujourd’hui bien plus ouvertement donnant une touche excentrique à cet heureux mélange des saveurs. Le Cap a parfois des airs de Marais parisien. Ici aussi les épaisses lunettes noires des collections antiques de Ray-Ban ont fait leur grand retour.

2010_11_09_9999_128 La municipalité tenue par une femme à tendance libérale laisse libre cours à la pensée artistique de ses habitants faisant ainsi du centre ville un musée vivant décoré de statues parfois éphémères. Des requins métalliques évoluent et se désarticulent en fonction des vents, des bronzes de taille humaine se mêlent à la foule, un arc en ciel multicolore trône fièrement surplombé de quelques mots rêveurs, « here it’s beautiful… ». Le bord de mer est depuis quelques temps envahi par cette immense construction qui rappelle les belles heures des créatures cinématographiques terrifiantes. Faite exclusivement à base de cagettes Coca-Cola entassées les unes sur les autres, le bonhomme carré pointe un doigt vers le ciel et domine la ville du haut de sa structure rouge qui se voit de loin. Dubitatifs ou convaincus, les passants lèvent les yeux et discutent de l’œuvre. Les autres préfèrent se faire photographier sur le parc Nobel abritant les statues de bronze de Mandela, Tutu, Luthuli et De Klerk. Les étrangers sont partout, au-delà des touristes trop reconnaissables, le portugais des Angolais et le français des Congolais sont des langues parlées dans les rues. Bien que le cœur de la ville soit resté majoritairement blanc les couples mixtes ne font plus exception.

2010_11_12_9999_64 Au fil des faubourgs qui se suivent mais ne se ressemblent pas débute une localité unique qui ne ressemble en rien au reste du Cap. Situé à cheval sur quelques ruelles, le quartier de Bo-Kaap, qui signifie « au-dessus du Cap » en afrikaans, s’élève au pied de la montagne. Bo-Kaap rime avec calme, surtout au cœur de l’après-midi quand le soleil illumine les façades colorées des maisons. La petite localité abrite encore aujourd’hui les descendants des anciens esclaves originaires de Malaisie, d'Inde et d'Indonésie qui furent déportés pour servir de main d’œuvre. Les rues sont pavées et les murs tous colorés de teintes pastels, chaque maison semble avoir sa propre couleur qui ne ressemble en rien à celle du voisin, formant ainsi une palette bigarrée majestueuses. Les Malais n’ayant jamais condamnés leur foi musulmane, quelques mosquées elles aussi très colorées, se sont mêlées à ces maisons souvent agrémentées d’un petit balcon ombragé. Les rues sont vides et seuls quelques habitants vêtus de galabyas avancent lentement.


De temps à autre des dames sortent pour discuter sur le pas de leur porte. Au loin résonnent les cris venus de la cour de récréation de l’école du quartier. Les véhicules sont en général bien assortis aux maisons et de vieilles coccinelles colorées sont garées à côté de vans Volkswagen tout aussi excentriques et décorés de fleurs. La plupart de ces demeures souffrent d’un manque d’entretien évident et il n’est pas rare de croiser une ou deux ruines abandonnées dans une même rue. Bo-Kaap est à n'en pas douter un patrimoine en danger. Les agents immobiliers n’ont pas tardé à mettre la main sur le quartier et nombreuses sont les petites maisons colorées mises en vente à des prix exorbitants dans les vitrines des agences.


When the Route was Wild...or so we imagined / Quand la côte est sauvage, du moins quand elle l’était….


Once the rugged landscape of folklore and hardened hides, South Africa has become far more synonymous with bad press, disappointing development after decades of psychological revolution through an infamously oppressive regime, and waves of violence which make every surrounding country in the region quake with nervous anticipation. South Africa’s most visited nature park, Kruger, is paved and every campsite has installed electrical sockets. 2010_10_22_9999_118Foods once served in slop-fulls from the back of weathered caravans are now garnished and sold as high-end cuisine to enthusiasts and connoisseurs from around the world.  What then, if anything is still “wild” about this country? Well, most visitors to South Africa will make the springtime trek around the cavity filled coastline to experience the Wild Coast as well as the Garden Route on their way to or from Cape Town. A final hope for the mythical South Africa.

The Wild Coast, named by sailors for its fierce and perilous cliffs which claimed more than a few ships in its heyday, is a green and hilly section of nearly untouched beauty between Durban and East London. 2010_10_28_9999_149In many ways the region feels much like an extension southwards from Lesotho, rolling greens split by age-carved canyons and wild forests quivering with the voices of nightly creatures and the wails of ghosts. Today, it indeed remains a haunting reminder of the magical landscape which taunted sailors and inspired masses.  A few exclusive backpacker communities and private lodges freckle the mounds far from the sights of others excepting local herders and fishermen who walk the many hills daily to sustain their small plots for their families or to sell fresh catches to the tourists who’ve come here for the “real” experience of South Africa. The tourism has of course done both harm and good to the traditional ways of life on the Wild Coast. It has brought sympathy and money to fund local development projects and orphanages, but has also brought increasing structures and roadways which shall surely destroy the wilderness in due time and drive the costs of living beyond the earning potential of most local inhabitants. 2010_11_04_9999_31So is the way of development it would seem. But for the time being, getting lost on the Wild Coast is just as mystical and possibly even more cathartic than on the Skeleton Coast of Namibia. Here too the weight of solitude floats in every heavy gust of fog and murderous chill of wind. But the emphatic and endless beauty, somehow archaic and mundane as the building blocks of all aesthetic impulse from the first artists eyes, brings an unexpected rejuvenation. Many who come here stay longer than they’d have anticipated. Some never leave at all. Some return different than they had entered. And some would say, its as good as any other place to die.

 2010_10_28_9999_9Those who continue on will likely stay in either one of the two main port cities before Cape Town, East London or Port Elizabeth. We stayed in the latter, which since the World Cup has become home to the world’s largest flag of South Africa waving proudly from its newly renovated harbor lookout. It is here that a Victorian aged pyramid was constructed to hold the remains of one South African’s wife and child who’d died in his absence. Public art is being layered as film frames to the various positions of the lookout, allowing visitors to interact with silhouettes of traditional forms, of heroic sentiments, of humorous self reflection, as well as blending the elements of the old colonial city with the future of progress it hopes to inspire. Port Elizabeth is the third most active port in South Africa after Durban and Cape Town, and beyond its up and coming arts and cafe cultures, caters to a much higher end clientele than East London.

2010_11_04_9999_39 As you drive the Garden Route, the road is full of dams, bridges and impasses forcing your attention to the deep green canyons draped in plush waterfalls and the cry of baboons. through each bend you wander further from the realities of shanties and gated communities plaguing the rest of the country. And along the now rocky but approachable coastline, where beacons and lighthouses stand in rows like far placed lamp posts over a dilapidated sidewalk of beach. We pass what was once a small fishing community with a geological burden for small hulls, now turned into one of the most sought after surfing sites in the world; Jeffrey's Bay. Each year the bay hosts one of the most famed international competition for big wave surfers, and nearly every year death comes as a spectator of the event. The fame and sudden attention of Jeffrey's Bay has forced it to grow rapidly and ungracefully, forcing out all the charm it once held to wide-eyed surfers who ache for a time long gone when Hawaii was an unknown gem. The housing and expensive backpacker lodges, and high(end sporting goods arcades. This is the fate coming to much of the Garden Route unfortunately.

2010_10_27_9747 The regions surrounding Plettenberg Bay is a bi-seasonal success. Once for the international tourists which pass between July and August every year, and then for a single week called “Rage” which is South African high school seniors equivalent of Spring Break occurring every December. When speaking to many of the owners of local establishments and lodges, that one week could make or break their entire years income. Great lengths have gone into assuring a safer “rage” in recent years stemming from a string of deaths related to drinking and driving, dehydration, and criminality. With evolved support and acceptance of the “rage’s” goings-ons, the local owners of lodges and backpackers have also made it their goal to educate the snotty 18 year olds that whatever they break, someone’s going to have to replace. “Plett” is in many ways the true start of the Garden Routes main attractions including its various national parks, game reserves, water sports, botanical gardens, and roadside markets. A pleasant detour from the main road brings the sight seers to smaller rural seaside villages such as Oyster Bay where the Pila-esque dunes protect the homes and their gardens from salt and rough winds. It is a quiet and surprising escape from the youthful grime of Plett.

2010_10_28_9999_137 Knysna is another famed getaway for the cappuccino guzzling, souvenir shopping folks from Europe. Surrounded by some of the finest nature hikes in the country, Knysna itself offers visitors a comfortable and approachable port, a thousandth the size of Cape Town’s of course, where they can schmooze, drink, feel rich having their pelts stuffed to the brim with British Pounds and Euros, and they can expect to find anything they might miss from back home. From homemade Italian gelato, to fine cigar houses, French restaurants and strong espresso, you can finish you hike by feeling as if you are already back home. Beyond its minuscule borders lines the road with small organic and folk oriented markets filled where every white person in the region visits. The air is hippyish but sincere, and there is obviously great care given to maintaining high quality of craftsmanship and culinary expertise. Musicians and clowns entertain the children while parents haggle prices and empty their pockets.

2010_10_25_9582 Once you hit George, the influence of Cape Coloureds (miscegenated Malay descendants). George is home to one of the oldest protected yellow wood forests and ecological research groups, and is only thirty minutes away from the sea. Just south of there is a much smaller, and still relatively unknown surf beach named Victoria Bay. This must be something like Jeffrey's Bay of years past, and is a pleasure to visit and see surfing for the sheer pleasure take a whole new form and pride. The Garden Route ends somewhere vaguely in the direction to Cape Town over the mountains and through the haunted fogs which try to keep you from continuing on. The rather lurid commercialism of much of the Garden Route too fades into small vineyards and fruit orchards with sudo French names. There is nothing of great substance to the Garden Route today sadly, having been sold for magic beans. Make no mistake, the roads are perfect contemporary freeways with fast-food and rest-stops every ten km or so. Prices have gone up, keeping locals from being able to discover the beauty their country has to offer, in a time when so few of South Africa’s citizens hold a great deal of pride in their country unless football is involved. It’s understandable why so many foreigners love to visit, as it is painless and aesthetically rewarding. But its essentially a cleverly disguised big mall as well, with little chance of coming home having cultivated anything but a suitcase full of biltong and t-shirts which read, “Livin’ on the Wild Coast Side of Life!”


Depuis longtemps, bien avant la venue de la coupe de monde de football ayant, pour le moins temporairement adouci les esprits et les mœurs, l’Afrique du Sud souffre d’une mauvaise presse. Développement largement inégalitaire, décennie de révolution psychologique pour mettre un terme au régime de l’Apartheid et vagues de violence qui font trembler l’Afrique Australe toute entière, la liste n’est pas exhaustive. Le parc animalier Kruger, le plus fameux a vu ses pistes pavées et des prises électriques installées dans les campings. La nourriture vendue d’antan dans la rue a laissé la place à des supermarchés et des tables étoilées pour les convives et les palais délicats venus du monde entier. Bref, dans ce pays aux apparences trop parfaites que reste-il vraiment de sauvage ? La plupart des étrangers profiteront des chemins de randonnées sur une côte portant le nom de Wild Coast, la côte sauvage, pour poursuivre leur avancée sur la Garden Route, la Route des Jardins, vers Le Cap. En route pour une escapade en quête d’une Afrique du Sud mythique.

2010_10_22_9999_103 La Wild Coast qui fut nommée par des marins terrifiés face à la violence de ses flots est un littoral vert et vallonné d’une beauté vierge allant de Durban à East-London. La région pourrait être une extension des provinces méridionales du Lesotho, faite de profonds canyons verdoyants et de forêts secouées par des voix et des sonorités sorties des limbes. Aujourd’hui cette côte faite de paysages quasi-magiques n’effraye plus autant les cargos mais elle attire davantage de visiteurs. Quelques auberges pour backpacker apparaissent, séparées par des dizaines voire des centaines de kilomètres et loin des petits villages de huttes environnants. Des pêcheurs passent après la marée basse les mains chargées, en quête de clients et de touristes à qui vendre leur butin. Moules, poissons, certains n’hésiteront pas à faire comprendre qu’il leur est même possible de trouver des langoustines, alors que la saison de pêche n’a pas encore débuté. Le tourisme développé de manière modérée sur cette partie du territoire a engendré un certain nombre d’avantages mais aussi son lot d’inconveignants. L’argent et la sympathie des estivants a permis aux communautés locales de se développer, de fonder des écoles ou des orphelinats, mais en contrepartie la région a dû être aménagée. Les routes bitumées détruisent aujourd’hui un peu de cet aspect sauvage tant vanté. Ainsi soit-il. Se perdre, déambuler, rester bloqué dans la boue aussi est encore largement possible dans la région. Expérience mystique et tout aussi cathartique que celles vécues sur la côte des Squelettes. Ici aussi, à des milliers de kilomètres du littoral atlantique namibien balayé par les vents et les sables, le lourd poids de la solitude flotte sur une plage recouverte de brouillard et rafraichie par des vents gelés. Les falaises déchirées qui s’étendent au loin offrent aux yeux de l’artiste une beauté infinie et aux autres un sentiment de grandeur régénératrice. La plupart des visiteurs restent ici plus longtemps que prévu. Certains ne repartent jamais. Ces derniers diront qu’il s’agit ici d’un espace idéal pour terminer ses jours et mourir en paix.

2010_10_25_9549 La route se poursuit vers East London et Port Elizabeth, les deux principales villes côtières où le visiteur a de fortes chances de faire son retour à la civilisation. Port Elizabeth est depuis la coupe du monde de football réputée pour accueillir le plus grand drapeau sud-africain du pays tout entier. Les bandelettes rouge, verte, jaune et noire flottent au vent sur le grand port rénové face à la mer. Une étrange pyramide faussement égyptienne s’élève tout près, elle abrite les dépouilles de quelconques inconnus. Une installation originale décore l’espace et attire l’œil intrigué. Des silhouettes humaines, humoristiques ou héroïques se succèdent formant une frise remontant dans l’histoire et avançant vers un meilleur avenir. On devine le poing tendu de Nelson Mandela. Port Elizabeth est le troisième plus grand port du pays après Durban et Le Cap. La cité radieuse est calme, les très beaux hôtels donnant sur le front de mer attirent une clientèle incontestablement aisée.

La Route des Jardins est parsemée de barrages, de routes filiformes qui se faufilent, de ponts et d’impasses attirant le regard vers de profonds canyons éventrés par de fines chutes d’eau. Les babouins sont partout et les panneaux annonçant l’interdiction formelle de nourrir les animaux devenus de véritables prédateurs rappellent la naïveté du visiteur de passage. Ces chemins de traverse semblent bien loin des bidonvilles entassés à l’orée des villes et des fils électriques encerclant les demeures bourgeoises.

2010_10_27_9876 Le rivage édenté disparaît et les plages apparaissent. Les phares colorés et les balises se succèdent à chaque portion de côte escarpée, postés au bord d’un petit passage permettant de longer la plage entre les rochers. Ce qui n’était encore il y a quelques décennies qu’un petit village de pêcheurs posé au bord de l’eau s’est métamorphosé en une localité vénérée par les surfeurs du monde entier, Jeffreys Bay. Chaque année la baie accueille l’une des compétitions de surf les plus réputées du monde et un surfeur qui n’a pas fait ses preuves ici n’est pas un véritable surfeur. Pourquoi ici plus qu’ailleurs ? « A cause de cette vague qui commence là et nulle part ailleurs » expliquent les spécialistes en pointant le doigt « quelque part » vers l’horizon. Le succès et l’attention trop soudaine portée à Jeffreys Bay a volé son charme et son intérêt à cette petite ville devenue grande où seul le surfeur trouvera son compte. Lotissements champignons, luxueux et splendides auberges, centre commerciaux et parcs animaliers le monde des singes ou le paradis des guépards, sont devenus les lieux les plus fréquentés de la côte sud-africaine.

2010_10_22_9999_45 Plettenberg et sa baie environnante connaissent deux saisons touristiques. La première attire les estivants sud-africains et les touristes venus du monde entier en juillet et août. La seconde est plus brève, elle se déroule sept jours durant montre en main et porte le nom adéquat de     « la Rage ». Il s’agit là des vacances des lycéens du pays tout entier, au mois de décembre. Très nombreux sont les hôteliers à faire le constat suivant : cette semaine peut suffire à rentabiliser une saison touristique entière ou elle peut simplement la détruire. Depuis quelques années la tendance est à la sécurisation de cette Rage pendant laquelle des milliers d’adolescents en pleine puberté affluent sur la côte avec un seul but : se souvenir de cette semaine jusqu’à la fin de leur vie. L’ambiance est donc très soleil, alcool, drogue, sexe et folie, il ne manque que le rock’n roll…Eviter les accidents de voiture, limiter la criminalité et contrôler les actes de perdition totale sont devenus les enjeux majeurs de l’évènement qui excite autant qu’il ne terrorise les acteurs du tourisme. Plettenberg qui se fait aussi appeler Plett pourrait être considérée comme la porte d’entrée de la Route des Jardins. Parcs nationaux, jardins botaniques, parcs d’acclimatation et d’activités nautiques, marchés fermiers, les activités environnantes ne manquent pas. Le visiteur a de quoi trouver tout ce qui lui convient. Quitter la route principale pour des sentiers battus offre des possibilités d’escapades inattendues, au détour de petits villages étonnants. Oyster Bay est bien calme en pleine hiver, les dunes vallonnées sur la plage semblent protéger du sel et du vent les belles demeures de vacances fermées pour l’hiver.

2010_10_25_9579 Knysna est une autre bourgade réputée pour les amateurs de cappuccino en terrasse, d’après-midi shopping et les cars remplis de touristes. Encerclée par les sentiers et les chemins de randonnées les plus réputés du pays, la petite localité plantée au cœur d’un lagon est une préparation idéale avant une arrivée au Cap. Promenade en bateau, visite et dégustation dans un parc à huîtres, nuit passée dans un château planté sur une colline, souvenirs, la destination est idéale pour les voyageurs un tant soit peu fortunés. Tout ou presque semble bien plus européen qu’autre chose, gelato italienne, cigares fins vendus dans de belles caves, restaurants français et expresso serré, le visiteur n’a pas encore terminé son séjour africain qu’il se sent déjà rentré à la maison…Les petits marchés biologiques et sympathiques plantés au bord de la route attirent tous les blancs des environs. L’ambiance qui flotte sur Knysna fleure bon la culture hippie améliorée. Le plus grand soin est apporté à la ville, autant à sa propreté qu’à la qualité de ses services. Les musiciens et les clowns de rue amusent les enfants alors que les parents secouent leurs poches à la recherche de quelques pièces.


La ville de George apparaît comme un point stratégique sur la route, l’influence des populations « colored » du Cap nommées « Cape Colored », les descendants des migrants originaires de Malaisie se fait sentir. Le territoire de George accueille l’une des plus anciennes forêts de bois jaune « yellow wood forests » située à moins de trente minutes de route de l’océan. A l’exemple de Victoria Bay, nombreuses sont les petites localités charmantes abritant une plage et des vagues idéales pour les surfeurs souvent connues des seuls experts. La Route des Jardins prend fin quelque part dans la direction du Cap, au-delà des montagnes assommées de brouillard qui tentent sans doute de retenir le visiteur. 2010_10_26_9670 Le chemin se poursuit alors entre les exploitations viticoles aux noms francisés et les vergers bien ordonnés. L’intérêt même de cette route mondialement réputée, reste, sous de nombreux aspects plutôt laconique, l’itinéraire semble par moment avoir été vendu comme un haricot magique. De l’Afrique profonde il ne reste pas grand chose, les routes sont parfaites et les fast-foods présents au bord du tarmac tous les quelques kilomètres. Les prix ont inévitablement grimpé empêchant encore un peu plus les populations locales de découvrir leur propre pays et de profiter des splendeurs qu’il a à offrir. Constat navrant à l’époque où seul ce qui semble lié d’une manière ou d’une autre au football provoque la fierté des Sud-Africains. L’intérêt des étrangers pour l’Afrique du Sud se comprend, le pays dispose de tout ce qu’il faut pour plaire quand on a les moyens et l’intérêt pour ce genre d’aventure. Pour certains la récompense n’atteint pas le niveau des espérances, quand le bon vin et les paysages ne suffisent pas. La Route des Jardins a parfois des airs de parcs d’attraction, agréable sans aucun doute, certains en ressortent la valise remplie de biltong et de souvenir mais l’esprit lui, reste inchangé.


Just Don’t Laugh At Me / Le rire narquois, vers l’au-delà


“I can remember being about four years old, and my grandmother told me the most awful thing about those birds, the Hadida’s. You know that sound that they make, that screeching scream they make before they laugh, well she told me that every time you hear a Hadida laughing, that that’s because someone just died. I was terrified; I hated those birds. And of course growing up here where they are basically everywhere, you couldn’t go to the store without thinking about people dying cause they were laughing all around you. I thought they were dodgy birds. Of course my grandmother always told me morbid stories like that, she liked to scare us.”

But it wasn’t just one grandmother of one Afrikaner South African girl who told their children that story. It seemed like grandmothers all over the country told that story to the children. Zulu, Khosa, Afrikanar, it didn’t make a difference. One sculptor of garden ornaments we met, who had a large array Hadida’s for sale, told us he had been terrified by the same story when he was a child.

In South Africa, Hadida’s are nearly as numerous as pigeons, and they leap through the fences bordering sidewalks at nearly every turn. And once your heart begins to calm from the surprise of something leaping out in front of you in a country traumatized by violence and often grotesque forms of criminality, the sounds of laughing oscillate through the turbulent flutters of their clumsy wings. The sound of a Hadida is somewhere between a Shakespearean witches cackle, a chocking cat, and the interrupted wails of a newborn baby.


Hadida’s are a form of Ibis. The Ibis one of the two incarnations of Egyptian deity Thoth who in later periods of Pharaonic rule became associated as the god of “death’s judgment”. Ibis’s were sometimes mummified and offered to the god’s to stop plagues from taking more lives.

In South African cities, seeing these birds fly about streets, particularly after hearing their legends, adds a solemn and uncomfortable feeling to an already conflicted place. But in the parks and in the nature outside of the urban-scapes, these birds transform into royal and stunning specimens which walk proudly and discerningly the long grasses, plunging from time to time their long staff-like beaks deep into the somber earth in search of food. A once powerful symbol of Egypt has retired south where the worms, and death, are in great supplies.


« Je me souviens, je devais avoir environ 4 ans quand ma grand-mère me raconta la pire des histoires au sujet de ces oiseaux, les hadidas. Vous savez ce hululement qu’ils émettent avant de ricaner ? Ma grand-mère me disait alors : chaque fois qu’un hadida rigole, quelqu’un vient de mourir. J’étais terrifiée. Je déteste ces oiseaux. Evidemment en grandissant ici dans un pays où ils sont partout, personne ne peut marcher dans la rue sans penser à tous ces gens mourant suite à ces gloussements incessants. Les hadidas sont des oiseaux sordides. Mais bien sûr ma grand-mère me racontait toujours des histoires lugubres comme ça, elle aimait bien nous effrayer…. »

Il ne s’agit pas là d’une seule et unique grand-mère sud-africaine à conter de telles légendes aux enfants, bien au contraire. Etrangement, c’est comme si toutes les aïeules du pays racontaient cette même histoire devenue mythique à leurs petits-enfants. Zoulou, Afrikaans, Xhosa, aucune différence, quelque soit l’origine et le passé du narrateur, le récit reste le même. Inévitablement les petits enfants devenus adultes semblent tous vouer la même haine à cet oiseau de malheur. Un sculpteur exposant une large et diverse collection d’hadidas métalliques explique lui aussi avoir été épouvanté par les récits de sa grand-mère. Et pourtant l’animal semble plaire, dans le cas contraire, qui achèterait un hadida sculpté pour décorer son jardin ?


En Afrique du sud, les hadidas sont aussi nombreux que les pigeons dans les jardins de Paris, ils s’envolent à chaque coin de rue et surgissent des parcs. Les rares moments de sérénité appréciés dans un pays où les formes les plus surprenantes de violence s’expriment quotidiennement sont souvent perturbés par un hadida sorti de l’ombre pour faire sursauter le passant rêveur. Un rire moqueur couvre alors rapidement le bruit lourd d’un envol manquant de grâce. Le ricanement de la bécasse est reconnaissable parmi tous les autres, même une oreille naïve s’étonnerait de cette étrange sonorité. Haa-haa-haa-de-dah entend-on. L’étymologie du terme apparaît comme évidente. L’appel de l’animal se situe quelque part entre le caquètement d’une sorcière Shakespearienne, le miaulement étonné d’un chat et le gazouillis d’un nourrisson ; une curiosité auditive sans égal.

L’oiseau haut perché sur ses fines pattes flexibles ressemble à un ibis. A l’époque mythique où les pharaons régnaient sur l’Egypte, la divinité Thot humanisée sous les traits d’un ibis était chargée d’introduire le défunt devant le tribunal du jugement dernier. Elle portait aussi le précieux papyrus annonçant le résultat de la pesée du cœur. Pour tenter de mettre fin à des épidémies emportant avec elles chaque jour de nombreuses vies, un oiseau momifié était parfois offert au dieu-ibis en guise d’offrande.

Apercevoir ces volatils de malheur aux quatre coins des cités sud-africaines, particulièrement quand l’oreille s’est affinée à l’écoute de ces sombres légendes, ne fait qu’ajouter une once d’inconfort à un environnement encore marqué par un passé conflictuel … Et un sentiment de malaise de flotter dans l’air. Mais, sortis de cet environnement urbain ces oiseaux de mauvaise augure changent d’allure. Tête haute et ailes détendues, ils avancent majestueux et fiers dans les hautes herbes, plongeant de temps à autre leurs longs becs dans un plan d’eau à la recherche de provisions. L’ancienne divinité respectée, l’imposant spécimen symbole d’une Egypte pharaonique a, dans sa migration vers le sud acquis une bien mauvaise réputation mais sans aucun doute trouvé ici en très grand nombre les vers et les cimetières où se rassasier.


Waves of Leisure Sweep the Durban Shores / Un dimanche à Durban


Though the deluge of bodies splashes and foams against the walls of churches awaiting each next mass, Durban has an uncanny talent for keeping stillness and a dry quiet in the city’s air. The echoes of Hindu temple bells mingle with the sounds of every cathedral bell and woeful gospel. Mosques line their faces with kindly men in congenial conversation. The sounds of Durban are close to as varied as its people. Sundays begin early in some cases or are simply continued from the Saturday night before. Durban: also known as eThekwini, a name derived from the Xhosa language, means"meeting-place". The capital of KwaZulu Natal, Durban has been the home and organized heart of some of South Africa’s most prolific and important revolutionaries from Albert Lithuli, Andrew Zondo, Fatima Meer, as well as the home and revolutionary beginnings of both Mahatma Karachans Gandhi and his wife Kasturba Gandhi.

2010_10_10_9045 It’s 6:00, the air is still fresh, and the rush has begun for the early waves. The lines of dedicated surfers cross the long Golden Mile promenade using their shiny surf boards like blades cutting through the buttery crowd conglomerated in hopes that the day might melt them in the African sun. Even in the rain, the devoted come. Surfers from the whole globe receive updated weather conditions and wind directions for both Durban as well as Jeffrey's Bay to the south. An Australian surfer might just be on the next plane to South Africa if they think the current will be worth it. After all, it is a Sunday in Durban, and the beach is where you go.

2010_10_17_9404 Surfing remains a predominantly white activity and taken quite seriously by many of its devoted followers. As the surfers exit their vehicles in the designated parking lots facing the beach fronts, they add their keys to all the other cars keys hanging from a giant brass ring held by the parking lot attendants. They are usually middle aged white men who, as one surfer explained to us, “can be trusted because they are white and they know what to do with criminals who come poking around.” But the moment a surfer is free of his/her keys, they have a straight shot to the water with on a wetsuit and hungry eyes. Sunday mornings the pace is urgent and present. There has been a favorable weather forecast, there is no time to lose. boards bang as wind-blown chimes against one another, tightly pressed on the sand, all watching to see whether the waves will come through in jolted laughter or whether they shall wheeze to a dead still. Teens, families or grandfathers, there is no age to surf in Durban where the weather is nearly always sunny. Shocking red signs installed by the Sharkboard, the research group responsible for ensuring the harmony between man and the dreaded white shark, warn surfers and swimmers how to prevent attacks. Of course, there have been almost no attacks in Durban in the years since the shark nets were installed keeping the beasts far from the beaches.


Back on the promenade, warmed duly by the powerful sun and surrounded by palm trees overlooking a sandy beach, the setting is beyond ideal. Onlookers, families and lovers unite to walk and play. The promenade itself is a wide park-like tongue uncoiled as a ribbon meant to tie the city at its cuff. The northern end of the ribbon now converted into new upscale urban condos and hotels reminiscent of cities such as Miami. Rows of impressive structures and restaurants with names that rhyme with “vacation.” Tents from the markets for tourists attract the eyes of all passers-by and children fascinated by the colorful toys. Brightly painted rickshaws pulled by horned shaman-esque drivers move both locals and visitors from one beach to the next, leaving trails of sweat in their wake.


The Golden Mile bids for every ones attention. Vacationers from the neighboring kingdoms of Lesotho and Swaziland awake after a long all-night journey are ready to enjoy the coast and a shopping weekend. Those who are not carrying surfboard travel up and down the long promenade by bike or roller blades. 2010_10_07_8349 Too as in Miami, windblown hair, bikini laying or jogging, each practice his favorite leisure of pride and seduction. Or alone lost in headphones, couples banded by arms, or children in helmets whom weave excitedly between pedestrians, barking dogs, and old women moving at incredulously slow paces on their shiny BMX tricksters. Loving pets push their muzzles into the air and inhale the rich diversity of hormones all around them. We non-surfers do not feel ostracized by the overflow of morning exercise. Families have set up camp organized for the day: umbrella, shelter against wind, chairs and coolers ready for lunch; there are public bars, restaurants, social clubs, and picnic spots at every turn. The smell of hot buns has been replaced by the frying oil. The terraces are always packed, hamburgers and bratwurst in hand, here it is very difficult to differentiate between breakfast and lunch. Ice cream dripping in the sun wins the most successfully at 7am. Children adorned in the popular UV protective swimsuits begin digging in the sand that will be in a few hours a great Swiss cheese. Local artisans stand by their sand sculptures hoping for a donation or at least a chance to sell some weed.

2010_10_03_8155 Surfers eventually collapse exhausted on the sands enjoying the last rays of the sun. The lifeguards, marked by their red buoys planted in the ground remain always on the lookout perched on their high chairs. Rescuers-to-be, youth of fifteen years then begin their training and stretching exercises, the first row of boys than girls succeeds filiform proudly displaying black swimsuits decorated with the logo “Durban surfing.” Suddenly a shift in the wind, and then the waves; the final stragglers approach haggardly amidst a whispering and then a sigh. Women wearing long dresses and fit white caps are about to dive pristinely into the waves for a baptism or initiation ceremony at sundown. In Durban ones style is often inseparable from ones identity. Keeping traditions and living at their own paces. The comical scenes where two concepts are antithetical bring pleasant smiles on a regular basis. The old bearded Muslims singed by age and traditions, laying on the beachfront do not seem disturbed nor discordant in this space by the presence of young bikini-clad women passing by, or gay couples holding hands at sunset. Instead, these men are too determined to spend the day tanning their too pale skin. Like the boys, little girls wearing niqab’s love to toss their bikes fearlessly from the ramps of the perilous skateboard park.

2010_10_17_9352 Southwards the walk continues to make way for park acclamations outdoors. The trunks of coconut trees dressed with a colorful fabric that gives an air of psychedelic landscape. The place seems to float in an atmosphere of post-World Cup fever. The cries of children shaken in fast-paced rides mingle with squawking gulls still scrapping for the remaining crumbs to put in their mouths. Low baskets hanging from a thick rope seem to slip between the buildings of the seaside carrying passengers as if a stork were delivering new babes to the city. While ponds have been drained for the winter, huge public swimming pools with impeccable turquoise water seem to be the ideal alternative to a sea water which is too cold and rough for novices. Artificial palm trees planted upon small artificial islands serve as springboards for children. Here the water is calmer and parents can discuss coolly without having to worry about the powerful waves. And as the years of apartheid made such vast separations between the white leisurely beach culture, and those who’d never had the chance to learn to swim as children. Both can now come and take great pleasure from their own down-time.

2010_10_06_8341 The beaches even further south are less congested having poorer waves and rockier sands. The frames of beach change, split now between long stretches of private clubs and ignored walkways. Beyond the old hospital buildings hint at less frequented areas far from being renovated. UShaka’s a giant amusement park dedicated to the world of the sea, gives life to the pier as well as sugar-driven infants screaming over your shoulder. Pirate ship, rows of restaurants, shopping arcades endless aquarium tank filled with sharks, rays and penguins, activities abound. Passersby are sure not to leave the place without their souvenir photo taken between the jaws of a giant shark as if being swallowed alive. The walk ends on Sunday in a neighborhood known as The Point. This former industrial port has recently become the new playground for contractors and Realtors seeking an ideal space for modern family housing with all that new sport-inspired money coming into the region.

2010_10_17_9460 Between some poor brown field land the mega-apartment complexes are built high with an almost Japanese minimalism, crossed by small canals. The place is still little known because current management has had an unfavorable relationship with the rest of the city. As a general rule, a wealthy development in Durban’s center will have a difficult start up seeing as the wealthy in South Africa rarely choose to live near city centers. Like most of South Africa, Durbanites prefer the safe distance of suburbs with high walls. But new canals too gives new rise to a lovers excursion aboard a hired gondolier, strolling between the new buildings and empty boutiques, far from the sounds of beach play. Frequented by major merchant vessels, cargo ships anchor themselves in single column lines waiting to get the green light to enter Durban’s port. This is the largest port in the country, even on a Sunday, when every ship crew member wishes only to be planted in the sand or surfing. After all, it is Durban, it is Sunday, and that’s what you do.


Même à l’heure de la messe, les églises de Durban savent se faire silencieuses. L’écho des mosquées et des cloches des temples hindous se mêlant aux sons des campaniles : les sonorités de Durban sont toujours variées. Le dimanche la vie commence tôt à Durban. Durban que l’on nomme aussi eThekwini, un nom dérivé de la langue sud-africaine xhosa, signifie « un lieu de rencontre ».

2010_10_10_9055 A 6 heures l’air est encore frais, le jour à peine levé la ruée vers la plage commence. La fréquentation de la longue promenade qui porte le nom de Golden Mile dépend de l’intensité du soleil. Mais, même quand il pleut, les sportifs les plus disciplinés sont de sortie. Revêtus d’une combinaison enfilée à la va-vite à l’arrière d’une voiture, ces derniers jettent leurs clés au gardien de parking que les plus habitués connaissent. Planches à la main, c’est vers les vagues que les surfeurs se dirigent. Le pas est toujours rapide, même un dimanche matin. Les prévisions météorologiques ont dû être bonnes et il n’y a pas une minute à perdre. Pressés sont les surfeurs, comme si les vagues venant s’éclater de manière rythmée sur le sable allait bientôt cesser de rouler pour laisser la place à un océan calme. L’Afrique du Sud à la peau pâle, pour ne pas dire blanche, a une véritable passion pour ce sport qui attire chaque jour des dizaines de surfeurs sur le littoral qui s’étend en plein cœur du centre ville. Grands-pères ou adolescentes en fleurs, il n’y a pas d’âge pour surfer à Durban où la météo est presque toujours bonne. Des panneaux installés par le shark board, un groupe de recherche chargé de veiller à la bonne entente entre l’homme et le requin, animal tant redouté, mettent en garde le surfeur et le nageur. Alors que les surfeurs attendent patiemment assis sur leurs planches la venue de la bonne vague, la promenade qui longe le bord de mer attire bien d’autres foules présentes elles aussi au petit matin. Chauffé par un puissant soleil et bordé de palmiers donnant sur une plage de sable fin, le cadre est idéal. Parallèle au bord de mer qui se prolonge sur des kilomètres au nord de la ville, s’étend une rangée d’immeubles transformés en hôtels et en restaurants aux noms qui ne peuvent rimer qu’avec vacances. De nombreuses tentes forment un marché aux « touristeries » qui attirent l’œil de tous les passants et des enfants fascinés par les jouets colorés.

2010_10_17_9376 Chaque citadin semble avoir trouvé son activité de prédilection sur cette Golden Mile. La passion des Sud-Africains pour les activités sportives prend ici une autre dimension. Alors que les vacanciers venus des royaumes du Lesotho et du Swaziland voisins se réveillent après un long voyage de nuit sont prêts à profiter de la côte et d’un week-end shopping, les locaux ont leurs petites habitudes. Ceux qui ne transportent pas de planche de surf circulent en général sur un vélo ou avec des patins à roulettes aux pieds. Durban plage prend alors des airs de Miami Beach, cheveux au vent et jogging ou bikini, chacun pratique son activité favorite. Seul avec des écouteurs sur les oreilles, en couple ou en famille, les enfants souvent armés d’un casque protecteur aiment en général slalomer entre les passants et faire aboyer les chiens promenés par des vieillardes au pas lent. Les animaux de compagnie aiment aussi bien cette promenade où ils circulent le museau en l’air. Que le non-sportif ne se sente pas ostracisé par ce trop-plein d’exercices matinaux, la promenade est aussi un lieu de délectation. Les familles les plus organisées ont monté le camp pour la journée : parasol, abris contre le vent, chaises et glacières prêtes pour le déjeuner, tout le monde semble prêt pour une longue journée. Les enfants vêtus de maillots de bain anti-UV intégral très en vogue commencent alors à creuser dans le sable qui ne sera dans quelques heures plus qu’un immense gruyère. Les surfeurs les plus épuisés s’écroulent sur le sable pour enfin profiter des rayons du soleil. Les maîtres-nageurs, bouées de sauvetage rouges plantées dans le sable sont aux aguets perchés sur leurs hautes chaises colorées. Les sauveteurs-en-devenir, des adolescents d’une quinzaine d’années commencent alors leur entraînement. Étirements et exercices, à la première rangée de garçons succède celle des filles filiformes arborant fièrement un maillot de bain noir décoré du logo Durban surf.


Des chuchotis se distinguent du bruit des vagues venues s’éclater sur le sable. Des femmes vêtues de longues robes et de toques blanches immaculées s’apprêtent à plonger l’une d’entre elles dans les flots pour ce qui ressemble à un baptême ou une cérémonie initiatique. A Durban les styles se mélangent mais ne se ressemblent pas.  Chacun garde ses traditions et vit à son rythme. Les scènes burlesques où deux concepts agréablement antithétiques se frôlent font régulièrement sourire. 2010_10_17_9451Les vieux musulmans, barbes roussies par l’âge et les traditions, installés sur la plage ne semblent en rien perturbés par la présence de demoiselles bien décidées à passer la journée à peaufiner le bronzage de leur peau trop pâle. Tout comme les garçons, des gamines vêtues de niqab aiment lancer sans peur leur vélo sur les rampes du périlleux skate-parc. Véritable attraction bien connue de tous, les rickshaws, ces charrettes-taxi tirées par des hommes vétus de tenues criardes et extravagantes transportent des touristes et réalisent un spectacle bruyant sous les yeux des passants et des caméras vidéo. La promenade dispose de tout ce qu’il faut pour calmer les estomacs tourmentés des sportifs et des enfants gâtés. Les boulangeries et petites les gargotes traditionnelles ont ici laissé la place à une rangée de restaurants fast-food. L’odeur des brioches chaudes a été remplacée par l’huile de friture. Les terrasses sont toujours pleines, hamburgers et saucisses grillées à la main, il est ici bien difficile de faire la différence entre un petit déjeuner et un déjeuner. La glace dégoulinante au soleil remporte le plus de succès et cela dès 7h du matin. C’est un plaisir de surfeur paraît-il.

2010_10_15_9124 La promenade se poursuit pour laisser la place à un parc d’acclimatation en plein air. Les troncs des cocotiers sont ici enrobés d’un tissu coloré qui donne un air psychédélique au paysage. Le lieu semble flotter dans une atmosphère post-Coupe du monde. Les cris des enfants secoués dans des manèges à grande vitesse se mêlent aux piaillements des mouettes toujours en quête de la miette restante à se mettre sous la dent. Vu d’un bas, les petites nacelles accrochées à un épais filin semblent se faufiler entre les immeubles du bord de mer. Alors que des bassins ont été vidés pour l’hiver, une immense piscine publique à l’eau turquoise semble être l’alternative idéale à l’eau de mer bien trop froide pour les novices. Les palmiers plantés sur de petites îles artificielles servant de plongeoirs aux enfants sont à présent faits de bois. Ici l’eau est plus calme et les parents peuvent discuter tranquillement sans avoir à se soucier des puissantes vagues.

2010_10_17_9281 Les plages du sud sont bien moins fréquentées, y circuler à la tombée du jour est même déconseillé. Le bâti change et au-delà du vieil hôpital les immeubles laissent deviner des quartiers moins bien fréquentés et loin d’être rénovés. L’apparition d’uShaka, un parc d’attraction géant dédié au monde de la mer, redonne vie à la jetée. Bateau pirate, rangées de restaurants, galeries commerçantes sans fin, aquarium et bassin remplis de requin, de raies et de pingouins, les activités ne manquent pas. Les passants ne manqueront pas de quitter le lieu sans leur photo-souvenir prise entre les mâchoires géantes d’un requin avalant vivant le visiteur prenant la pose. Amarrés à la jetée située juste en face de ce palais de la mer, de jolis voiliers attendent ou disparaissent à l’horizon sous les yeux des baigneurs ayant réinvestis la plage. La promenade du dimanche se termine dans un quartier que l’on nomme La Pointe. 2010_10_15_9152 Cette ancienne zone industrielle et portuaire est depuis peu le nouveau terrain de jeux des entrepreneurs et des agents immobiliers voyant ici un espace idéal pour des logements collectifs modernes. Entre quelques friches industrielles sortent alors de terres ces méga-complexes résidentiels construits tout en hauteur et traversés de petits canaux. Le lieu encore peu fréquenté car en cours d’aménagement ne va sans doute pas tarder à devenir le nouveau cœur de la ville, loin d’un centre que tous les habitants fortunés et paranoïaques tendent à fuir. L’une des grandes activités consiste à louer les services d’un gondolier le temps d’une promenade entre les nouveaux immeubles et les pas de portes qui n’attendent plus qu’une enseigne. Fréquenté par des navires du monde entier, nombreux sont les cargos posés à attendre leur ticket d’entrée pour accéder à Durban, le plus grand port du pays, même un dimanche.